LES ASSOCIATIONS

Les associations, incluent les ONG et autres acteurs généralement porteur d'un contre-poids politique, entre relais d'opinion citoyen et lobby autonome. Les associations connaissent elles des points de convergence dans leur revendications ? Quels sont leurs alliances explicites ou implicites ?

.

____

Cartographie des controverses

Notre analyse de la controverse du point de vue des associations et des activistes s’articule autour de quatre cartographies. Ces cartographies ont été réalisées sur la base de l’analyse d’articles de presse ainsi que de sites web des associations concernées.

DES OBJETS DE DÉBAT RÉCURRENTS

Cette première analyse permet d’identifier des similitudes parmi les objets abordés dans les discours des associations, ONG, activistes.

Les objets récurrents dans les discours des associations

Voir la cartographie HD sur GraphCommons.com

cop28-fondements-Asso-motsclé.jpg

L’un des premiers constats que l’on peut faire est l’isolement de la thématique hydrogène, que l’on retrouve seulement chez des associations spécialisées sur la question. Il existe également une polarisation autour de la question de la mobilité électrique, notamment chez les sous-branches régionales de Avere-France.

Ces associations ont pour but premier de promouvoir l’utilisation de mobilités électriques, et, bien que citant différents moyens d’actions (visée éducative, relais de compétences, collaboration avec les acteurs locaux…), elles se recoupent dans leur discours. A l’inverse, des associations ayant une visée plus large telles que la Fondation pour la Nature et l’Homme, WWF, ou encore le Réseau Action Climat préféreront employer des termes tels que mobilités durables, en accentuant sur la nécessité de se déplacer moins, mieux et autrement sans pour autant mentionner la mobilité électrique.

 

DES ARGUMENTS RÉCURRENTS

La carte suivante regroupe les différents arguments échangés entre acteurs. Elle nous permet d’identifier les acteurs de la controverse, les objets de la discussion et les types d'arguments émis par les acteurs de la controverse, qui gravitent autour de ces objets. 

Les arguments dans le discours des acteurs

Voir la cartographie HD sur GraphCommons.com

cop28-fondements-Asso-arguments-sd.jpg

La première évidence, dans la carte précédente, est la prépondérance du véhicule électrique dans les discussions sur le tournant de l’électrique dans la mobilité. La cartographie fait ressortir des acteurs plus importants tels que l’Avere-France qui se pose comme le nœud d’un réseau d’associations autour du véhicule électrique particulièrement dense. Nous notons aussi l’association Transport et Environnement (T&E), l’association FFauve (en lien avec Avere France) et, plus petit, le nœud représentant l’European Climate foundation. Plus inattendu, des acteurs en lien avec l'industrie du pétrole apparaissent assez nettement dans notre tissu d'acteurs, opposant de violentes critiques au développement du véhicule électrique.

 

DES ACTIONS RÉCURRENTES

La carte suivante regroupe les actions menées par les acteurs préalablement étudiés. Cette carte est chronologique, elle se lit de haut en bas et de gauche à droite.

Les actions par acteurs

Voir la cartographie HD sur CmapsCloud.us

cop28-fondements-Asso-actions.jpeg

Sur la carte précédente,

  • Dans la colonne de gauche, nous avons le nom de différentes associations, ONG et activistes,

  • Elles sont classées de haut en bas, par années où leurs actions ont été réalisées

  • Puis à droite, nous avons les actions menées (avec en vert les évènements, et en bleu les lieux).

 

On observe des coalitions entre différentes associations qui s’associent pour mener leurs actions. Ces rapprochements sont matérialisés par les flèches qui se regroupent. 

DES ASSOCIATIONS CITÉES RÉGULIÈREMENT ENSEMBLE SUR LE WEB

Dans l'étape suivante de notre analyse, il s'est agit de regarder quels associations étaient régulièrement comparées ou associées dans les médias Web. 

Carte du réseau des citations Web, organisées par acteurs

(Pas de version HD pour cette carte

ASSO - Carte du réseau de citations web

Les pôles noirs sont les acteurs que nous avons sélectionnés. L’association Avere-France et l’association Avem semblent très proches car leur réseau d’inter-citations est très dense. Le reportage “À contresens” fait le lien entre l’association Respire et l’European climate foundation. Respire est aussi liée à Greenpeace par de nombreux articles de presse. Le site web de legifrance apparaît comme nœud partagé par Avere-France et Greenpeace.

Le graphique ci-dessus nous permet de conclure à des liens entre les différentes associations, qui pourtant paraissent éloignées dans le débat dans nos premières cartographies. 

Il est intéressant de noter l’apparition du nœud Légifrance aussi au regard des registres d’arguments mis à jour dans les cartographies d’arguments. En effet l’un des registres identifiés étant le registre légal. 

On observe des coalitions entre différentes associations qui s’associent pour mener leurs actions. Ces rapprochements sont matérialisés par les flèches qui se regroupent. 

ARTICULATION DES CARTOGRAPHIES ENTRE ELLES

Les cartes précédentes ont été présentées dans l'ordre chronologique de notre recherche. Mais les lire dans un autre ordre permet de passer d’une vision globale du sujet à une analyse plus fine. Ci-dessous nous les avons organisées dans un ordre de progression différent afin de les articuler entre elles. 

Nous avons en premier lieu la cartographie des acteurs et leur rattachement aux mondes sociaux. Ensuite, La carte des réseaux de citations web qui permet de préciser les liens et coalitions entre ces acteurs. Ensuite, une carte des objets dans les discours par acteurs, la carte des arguments et enfin, celle des actions. 

 

Aperçu de l'articulation entre les 5 cartes

ASSO – Articulation des cartographies .j

Analyse des imaginaires

Suite à cette analyse de la controverse effectuée sur la base d’articles de presses récents et des sites web des diverses associations, nous avons effectué une analyse des imaginaires de ces acteurs quant aux enjeux de mobilité électrique. 

Trois analyses complémentaires nous permettent d’aborder ces imaginaires :

  • une carte postale imaginaire,

  • une grille d’analyse

  • et enfin une synthèse de la vision de ces acteurs, présentée sous la forme d'un jeu de l’oie

CARTE POSTALE D'IMAGINAIRES

 

Les imaginaires de la mobilité électrique sont traversés par de nombreux enjeux qui sous-tendent des imaginaires différents. À enjeux pluriels, activismes pluriels, ainsi nous avons mis en évidence trois spectres qui viennent infuser la structure de notre carte postale.

  • Le droit à polluer,

  • L’idéologie écologique, 

  • Et enfin la technique et les nombres,

Tous trois sont présents au travers des diverses catégories qui structurent notre analyse. Cette triple optique sur la mobilité électrique nous a amené à articuler notre réflexion autour des grands mythes structurant la controverse, représentés au centre de notre carte.

 

Carte postale d'imaginaires de la mobilité électrique au sein des associations

Voir la carte en HD sur Miro.com

ASSO - Carte postale des imaginaires.jpg

La lecture que nous proposons part de la gauche pour dessiner une spirale autour de ce centre, explorant ainsi dans un premier temps les imaginaires anciens dans lesquels l’actualité prend racine, puis s’attardant sur cette actualité, ses aspects politiques, activistes et ses projets. Enfin nous exposons les idéologies nouvelles qui viennent porter un futur dans lequel la place de la mobilité électrique varie, tout comme le cadre que ces idéologies dessinent : de la ville verte aux idéologies cyberpunk en passant par la smart cities.

GRILLE D'ANALYSE D'IMAGINAIRES

La grille d’analyse propose une lecture selon un tableau croisé mêlant trois échelles : micro-, meso- et macro-cosme, et trois temporalités : court, moyen et long terme. 

 

Grille d'analyse d'imaginaires de la mobilité électrique au sein des associations

Voir la grille en HD sur Miro.com

ASSO - Grille d'analyse des imaginaires.

Microcosme – L’Objet : Les paysages de mobilité actuelle englobent tout ce qui est présent dans notre cadre de vie immédiat : les voitures, les vélibs, le métro... La manière dont se manifeste ces différents types de mobilités dans notre environnement, et les caractéristiques qu’on leur attribue, produisent les premières pistes de réflexions lorsque l’on évoque les mobilités de demain. 

En outre, il est possible d’effectuer des comparaisons entre nos mobilités et les mobilités d’ailleurs ou d’une autre époque. Comment diffèrent les usages des mobilités selon les cultures ? Dans quelle mesure les transports en commun se conjuguent à l’urbanisation ? Les mobilités s’inscrivent dans des contextes particuliers, dans des développements de longue durée. 

En creusant ces développements de longue durée, il nous a semblé important de faire une distinction d’échelle de grandeur. La voiture diesel rentre dans un processus de démocratisation de la mobilité individuelle. A long terme, elle engendre aussi des systèmes techniques et politiques, comme la guerre du pétrole. Plusieurs mobilités contemporaines sont permises par une augmentation de l'offre de services digitaux, cette dernière résultant elle-même de la transformation numérique. 

Mésocosme - Société : Les mobilités électriques ne constituent qu’une partie de la lutte pour l’environnement, mais la pensée écologique est un enjeu central pour les mobilités électriques. La carte présente une distinction entre des mouvements et figures politiques émergents qui consacrent une partie importante de leur programme à la mobilité (tel que Greta Thumberg, les Gilets Jaunes...), puis à des mouvements ou figures inscrits dans la durée, qui insèrent les questions de mobilité dans un cadre plus large (tel qu'Emmanuel Macron, les peuples indigènes ou encore les frères Koch). 

Sur le long terme, il sied de se détacher de figures ou mouvements particuliers pour s'inscrire dans un discours plus large. C'est notamment le cas du cycle d'acceptation des technologies, qui présente les différentes étapes d'insertion d'une technologie dans les sociétés, et semble être un schéma qui s'inscrit dans la durée. 

Macrocosme - Récits : Dans les récits contemporains, la mobilité électrique touche à plusieurs enjeux sociétaux. Nous avons donc identifié des controverses qui touchent à plusieurs thématiques, qui renvoient à des discours sur les futurs possibles, pour nous permettre de souligner les différents registres mobilisés.

Nous nous projetons aussi vers des grands récits que ces thématiques sous-tendent. Les récits de villes circulaires et de protection de la nature au court terme structurent les récits de progrès techniques et catastrophes environnementales au moyen terme. Par ce découpage, nous espérons mieux démontrer comment les mythes et imaginaires comme celles des techno-utopies ou le mythe de Gaïa, parviennent à être articulés dans les controverses qui touchent les sociétés contemporaines.

SYNTHÈSE DES IMAGINAIRES DE LA MOBILITÉ CHEZ LES ASSOCIATIONS

 

Carte postale et grille d’analyse des imaginaires nous ont permis de mettre à jour plusieurs axes de lecture concernant les imaginaires sous-jacents aux associations et activistes liés au tournant de l’électrique dans la mobilité.

Afin d’en rendre compte d’une manière accessible nous avons choisi de formaliser ces axes de lecture de manière immersive, à travers un jeu de l’oie sur ce thème : La course à l'électrique. 

 

Aperçu du jeu de l'oie : La course à l'électrique
Il synthétise les imaginaires de la mobilité récurrents chez les associations

Voir le jeu en HD sur Miro.com

ASSO - Jeu de l'oie _ la course à l'élec
ASSO - Jeu de l'oie _ la course à l'élec

Le jeu s’articule en trois niveaux de lecture permettant au joueur de saisir de manière simple et ludique, les enjeux des imaginaires des associations et activistes sur le thème du tournant de l’électrique dans la mobilité. 

Le premier niveau de lecture, le plus visible, déroule les imaginaires en une spirale qui part des mythes, à l’extérieur, pour arriver vers des imaginaires plus récents tels que les techno-utopies ou le mouvement solar punk. En inversant la dynamique de la spirale que nous avions mise en place dans notre carte postale imaginaire, nous permettons au joueur de rejouer ce qui se déroule dans la formation des imaginaires à savoir leur composante temporelle et stratifiée. Les mythes entraînent ainsi de nouveaux imaginaires et mouvements politiques et nous pouvons voir émerger aujourd'hui des imaginaires anciens comme récents et leurs interdépendances. 

Le second niveau de lecture concerne la typologie des cases contenues dans les grandes catégories du premier niveau de lecture. En effet, reprenant les codes de notre carte postale d’imaginaire, les cases en lien avec des mouvements écologistes sont vertes, les cases liées à un aspect techno-optimiste sont bleues et enfin les cases relatives au droit de polluer sont jaunes. Les pions permettant de jouer reprennent cette typologie d’acteurs et sont donc au nombre de trois : un arbre, pour les écologistes, un robot pour la technique et une usine pour la pollution. Chaque joueur peut dès lors se mettre dans la peau d’une des parties prenantes et découvrir la controverse sous un spectre nouveau, en réalisant un travail d’empathie qui permet d’être plongé dans les points de vue d’autrui. 

Le dernier niveau de lecture correspond au cycle d’acceptation des technologies. Le fond du jeu est donc découpé en cinq espaces distincts : les nouvelles formes de mobilité, les innovations ; les nouvelles tensions liées à la mobilité électrique ; la méfiance, le rejet, voire la peur ; le véhicule réservé à une élite et enfin la démocratisation du véhicule. Chaque partie est en quelque sorte le renouvellement de ce cycle d’acceptation que l’on relève pour tout type de technologies. 

La course qui a lieu sur ce plateau aux divers niveaux de lecture est symbolique des tensions et controverses qui opposent les acteurs écologistes, techno-optimistes et militants du droit à polluer dans le domaine des associations et de l’activisme au sujet du tournant de l’électrique dans la mobilité. Ainsi, l'arrivée est très symbolique : le gagnant remporte les aides de l’État. Ce choix, loin d’être anodin, est le résultat de nos recherches et de nos études des controverses agitant ce milieu. En effet, les arguments sont souvent économiques et gravitent autour des subventions (à accorder ou à retirer) qui cristallisent donc de fait une tension importante de la controverse et en sont un enjeu clé. 

 

 

DÉCOUVREZ LES 4 AUTRES ACTEURS